Seul ?

 Cette question récurrente m'est souvent posée avec une pointe d'incompréhension ou un soupçon de désapprobation. Pour beaucoup, le voyage solitaire est synonyme de danger et pour certains il reflèterait même un déséquilibre psychique, une sorte de déviance sociale. Voyager en solitaire implique en effet d'accepter d'être seul face aux problèmes de toutes sortes (techniques, administratifs, médicaux, ...). Loin de conduire à l'isolement et à la solitude, ce constat pousse le voyageur solitaire à se tourner vers les autres pour y chercher un soutien, à apprendre d'autres langues pour mieux se faire comprendre. Sans cesse, il demande un renseignement, un conseil, un coup de main ... Autant d'occasions supplémentaires de nouer des liens avec la population. Si une troupe de voyageurs peut être vécue comme invasive, agressive, il en est rarement ainsi dans le cas d'un homme seul avec lequel le contact s'établit plus facilement.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :